CINEMA

CELEBRITES
STAR & VIP

AUTOGRAPHES
DEDICACES DE STARS

HOME CINEMA

FESTIVALS CEREMONIES

SPORT
PHOTO BOOK

SERVICES PHOTO
CONCEPTION WEB
PAO, PUBLICITE

GOUVENELSTUDIO
SHOPPING
IMAGE-PHOTO-SON
A PRIX DISCOUNT

LIENS


Deauville 97


23ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 1997

Du 5 au 14 septembre 1997

 

23 eme  festival

DEAUVILLE DANS LES ETOILES

Deauville a fait le plein de blockbusters et de stars pour combler les festivaliers de cette 23ème édition.

Après avoir visionné quelques superproductions manquant cruellement d'originalité comme "The Lost World: Jurassik Park", "Air Force One" ou encore "Kiss the girls", les festivaliers sont tombés sur une perle rare qui les a littéralement réveillé de leur torpeur: "Face / Off" de John Woo. Avec deux têtes d'affiche comme Travolta et Cage et une mise en scène incomparable, John Woo a crée l'événement. Une réalisation hautement esthétique, des ralentis prodigieux, des scènes de combats époustouflantes, une intrigue béton, une bande son décapante, bref, du grand John Woo. Il est même drôle de voir à quel point ce réalisateur pourtant si réservé et effacé est capable de faire des films aussi violents.

Mike Myers et les Powerettes

Mike Myers, accompagné de ses "girls", a présenté dans l'enthousiasme général le désopilant "Austin Powers". Une comédie incroyablement kitsch dans laquelle le héros de "Wayne's World" s'est inventé un personnage so british and so funny ! Grrr baby !! Mike Myers n'a pas son pareil pour mettre dans sa poche les photographes et le public avec ses pitreries dignes des plus grandes scènes de cafés-théâtres new-yorkaises. Cet homme est un show à lui tout seul !

"My Best Friend's Wedding" est la nouvelle comédie de P.J. Hogan, le réalisateur australien de l'excellent "Muriel". Une savoureuse comédie avec une Julia Roberts pétillante ! L'équipe du film s'était donné rendez-vous sur les planches mais manquait à l'appel les deux principales intéressées: Julia Roberts et Cameron Diaz. Heureusement, les hommes étaient bel et bien présents. Dermot Mulroney, Rupert Everett et P.J. Hogan ont assisté à une soirée organisée par le Festival sur le thème du mariage. Le blanc était bien entendu de rigueur.

Dermot  Mulroney

John Waters, le trublion du film trash est venu recevoir un hommage pour l'ensemble de sa carrière de réalisateur. Etait présenté pour l'occasion l'une de ses anciennes pièces d'anthologie, le graveleux "Pink Flamingos". Un film n'a pas été du goût de tous mais c'est ce qui fait toute la singularité de l'œuvre de ce provocateur né.
Au cours de la semaine, plusieurs films en compétition ont retenu l'attention du Jury présidé par Sophie Marceau. Ce fut le cas notamment de "In the company of men" de Neil LaBute, "Love! Valour! Compassion!", "Six Ways to Sunday" et "The Locusts". Le dernier film de David Mamet "The Spanish Prisoner", un suspense haletant mené tambour battant par Campbell Scott, méritait lui aussi le détour.

Norman Reedus

Dans le Panorama, on retiendra le documentaire de Sarah Kelly sur le tournage du film "Une nuit en enfer" nommé "Full Tilt Boogie". Robert Rodriguez est venu, coiffé de son éternel chapeau de cow-boy, présenter le film avec Sarah Kelly. Un bel exercice de style que les amateurs de Rodriguez et Tarantino ont apprécié. Mais la véritable surprise du Festival est venue de "Sling Blade", total outsider, un petit film signé par Billy Bob Thornton, inconnu au bataillon (qui ne devrait pas le rester longtemps). "Sling Blade" est un portrait intelligemment brossé de l'Amérique profonde avec une interprétation époustouflante de la part du réalisateur himself.
Mais c'est finalement "Sunday", le film de Jonathan Nossiter, qui a reçu le Grand Prix du Jury sous la stupéfaction générale du public. Effectivement, le film a été la cible de longues controverses de la part des festivaliers durant toute la semaine. Un peu à la manière de Cannes, Deauville s'est offert sa petite huée. Mais que serait un Festival sans cette agréable montée d'adrénaline ?

Elisa GOUVENEL

casino