ACCUEIL

CINEMA

CELEBRITES
STAR & VIP

AUTOGRAPHES
DEDICACES DE STARS

HOME CINEMA

FESTIVALS CEREMONIES

SPORT
PHOTO BOOK

SERVICES PHOTO
CONCEPTION WEB
PAO, PUBLICITE

GOUVENELSTUDIO
SHOPPING
IMAGE-PHOTO-SON
A PRIX DISCOUNT

LIENS


 

Affiche villerupt 1999

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Affiche villerupt 1999

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Affiche villerupt 1999

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Affiche villerupt 1999

 

neon festival

22e Festival du film italien

VILLERUPT FAIT SON CINEMA PARADISO

Quinze jours d'immersion au cœur de la "petite Italie" pour partager les rires et les larmes d'un cinéma qui se fait trop rare sur nos écrans. Pour sa 22e édition, Villerupt a vibré pour un cinéma qui lui est cher en faisant découvrir aux festivaliers les dernières merveilles du cinéma italien.

Depuis 1976, "la petite Italie" (surnom donné à Villerupt) n'a cessé de se démener, grâce à des bénévoles dévoués et un délégué artistique dynamique, Oreste Sacchelli, pour que vive le cinéma transalpin hors de ses frontières. Derrière le souci d'élire un film exploitable en France, il y a surtout l'ambition de valoriser la cinématographie italienne (dont le regain de vitalité est certain) et de regrouper une petite communauté d'amoureux du cinéma.

Diversité représentative

Le cinéma italien est caractéristique d'un mélange des genres que le Festival a su saisir. Des drames aux comédies franches ("La bomba" de Giulio Base, drolatique parodie du milieu mafieux), en passant par des histoires d'amour bouleversantes, ont largement démontré cette diversité.
Caractérisé par des expériences individuelles et une grande modestie, le cinéma de la nouvelle génération aborde de front le quotidien, avec le souci de serrer au plus près la réalité et d'observer avec justesse la vie des gens: à l'image de l'excellent "Dîner" d'Ettore Scola, révélateur des pensées de chacun, et de "En marge du monde" de Giuseppe Piccioni (en lice aux prochains Oscars), l'histoire d'une novice dont la vie se trouve bouleversée par un nouveau-né abandonné. Cinéma à fleur de peau, parfois âpre et dur comme dans les films de Gianni Amelio, parfois comique et dérisoire comme chez Benigni, il n'en reste pas moins représentatif de l'état d'esprit de l'Italie actuelle avec ses craintes et ses désirs. Les visages marqués de douleur ou de tendresse, la réalité au quotidien, les petites misères de la vie, représentent pour ces réalisateurs une source d'inspiration inépuisable.
Autre genre très apprécié par les Italiens, le cinéma policier. Le carabinier, figure récurrente et incontournable des films méditerranéens, a cette année inspiré le Festival de Villerupt. Sur le thème "22, v' là les carabiniers", une rétrospective associée à des expositions a ainsi consacré ce personnage emblématique. Francesco Rosi, Elio Petri, Luigi Comencini, Pietro Germi, Ettore Scopa, mais aussi Damiano Damiani, font partie de ces réalisateurs qui ont marqué les belles années du polar à l'Italienne. Parmi leurs grands films: "La Mafia fait la loi", "Cadavres exquis", "Meurtre à l'Italienne", "Salvatore Giuliano", "Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon"… L'occasion de (re)découvrir ces chefs-d'œuvre des années 60-70.

Les rencontres

Des réalisateurs et des acteurs italiens reconnus ont tenu à honorer le Festival de leur présence. Marco Bellochio en tête, dont le drame intimiste sur fond de révolution "La Nourrice" a touché les festivaliers. Dans le rôle de la mère à qui on retire son enfant, la charmante Valeria Bruni-Tedeschi est bouleversante.

Marco Bellochio

Gianni Amelio, connu pour avoir signé des films au sens de la réalité brûlant comme "Lamerica", "Portes ouvertes" ou encore "Mon Frère", (récompensé par le Lion d'Or à Venise en 1998), a reçu un hommage mérité de la part du Festival.

Gianni Amelio

Du côté des comédiens à l'honneur, agréable découverte dans les portraits d'amis d'un acteur dont le talent n'a d'égal que sa sympathie, Enrico Lo Verso, venu avec son dernier film "Les Brigands" pour une projection exclusive. Valeur montante du cinéma italien dont le succès ne devrait pas tarder à s'exporter, on l'a découvert en France dans "Farinelli" de Gérard Corbiau. Un acteur à suivre que l'on retrouvera bientôt dans le téléfilm de Josée Dayan "Les Misérables", aux côtés de Gérard Depardieu, Virginie Ledoyen et Asia Argento.

Enrico Lo VersoEnrico Lo Verso

Présence remarquée également du fantaisiste Claudio Bigagli et de son "Guerrier Camillo", fable humaniste et fantasque qui a emporté les faveurs du jury présidé par Carole Gaessler. Munis souvent de maigres budgets, ces nouveaux talents n'en manifestent que plus intensément leur désir de communiquer leurs expériences et leurs émotions. De là résulte sans doute la principale force du cinéma transalpin.
Loin des grosses productions américaines, le cinéma italien fait partie de ceux qui parviennent encore à nous étonner, à nous dérouter parfois, à nous émouvoir surtout, et à nous faire prendre conscience tant de la dure réalité de la vie que de sa "légèreté" comme le soulignait Roberto Benigni à Cannes. Un état d'esprit…

Elisa GOUVENEL

| Reportage Villerupt 1999 | Sélection | Films | Palmarès |
| Reportage photo | Dédicace |